VENTRICULOCORDECTOMIE (Ablation des cordes vocales)

Plusieurs propriétaires d’animaux domestiques sont régulièrement confrontés à la vocalisation excessive (aboiement/miaulement) de leur chien ou chat. Le plus souvent habitant des condominiums ou appartements, mais parfois aussi des maisons privées, la manifestation vocale des sentiments de ces animaux incommode les voisins et parfois le propriétaire lui-même.

Lorsque les techniques d’éducation usuelle n’ont pas fonctionné (éducation, abois-stop, collier électrique, etc.) il ne reste plus, en dernier recours, qu’à effectuer l’ablation des cordes vocales (ventriculocordectomie) pour corriger ou atténuer ce problème comportemental pouvant conduire, dans certains cas grave, à l’euthanasie de l’animal si ce problème n’est pas réglé ou contrôlé.

Voici les principes fondamentaux de base de cette opération :

  • Deux techniques utilisées :
    • Voie naturelle : moins de 25% de succès (très peu utilisée);
    • Voie chirurgicale : 50% à 95% de succès.
  • Plus l’animal est gros, plus il y a une réduction du volume des décibels émit pendant la vocalisation;
  • Poids critique 5 à 10 livres : en bas de 10 livres, il est très difficile de prévoir le taux de succès (50% à 75% environ), car le faible volume de la trachée permet un effet de sifflement malgré l’ablation des cordes vocales;
  • Rétablissement rapide et sans conséquence pour l’animal (2 à 4 jours d’hospitalisation);
  • Au retour à la maison, l’animal fait des efforts de toux qui diminueront graduellement sur une période de 2 à 6 semaines;
  • Il est impossible au chirurgien de promettre un taux de succès de 100% (réduction de 100% du volume de décibels). Plusieurs facteurs (comportement, conformation, etc.) interviennent dans les résultats obtenus;
    Le plus souvent, l’animal garde l’habitude d’aboyer, mais avec une importante réduction du volume des sons émis (50% à 95%).

En conclusion, lorsque le propriétaire (ou son voisin) est exaspéré par le volume et la fréquence des jappements de son chien ou miaulement de son chat, il pourra considérer cette chirurgie comme solution ultime en faisant effectuer l’ablation des cordes vocales en espérant, avec celle-ci, une réduction dans la majorité des cas, d’au minimum 50% du volume de décibel émis lors du jappement.

Dr Richard Lacroix, DMV

Related Posts